Il est très difficile de résumer les résultats du premier semestre 2023 sur le marché de la volaille des pays de l’ex-CEI, surtout lorsqu’on essaie de les comparer les uns aux autres.
La situation politique, les sanctions, les mesures de soutien de l’État existantes et les ressources économiques ainsi que la concurrence déloyale influencent les économies des pays, et cela se produit également dans le secteur de la volaille.
Cependant, même en tenant compte des graves conséquences de la pandémie et de la situation politique, le secteur avicole connaît une tendance positive, comme en témoigne la comparaison de presque tous les indicateurs, en plus de l’accélération rapide du développement quantitatif et qualitatif.
Par exemple, au Kazakhstan, comme le rapporte ElDala.kz en référence à la revue de presse du ministère de l’Agriculture, au premier semestre, le volume de la production agricole brute a augmenté de 3,2 % ; la croissance a été réalisée grâce à l’augmentation de 3,3% du volume de la production animale. Depuis le début de l’année, l’élevage de volailles a connu une augmentation de 1,2%, atteignant 49,9 millions d’unités.
Selon l’Association des producteurs d’œufs, les fermes avicoles ont produit des œufs avec une augmentation de 7,8 % par rapport à la même période de l’année dernière.
Aujourd’hui, l’aviculture industrialisée est représentée par 56 entreprises avicoles opérationnelles, dont 38 produisent des œufs et 29 de la viande de poulet.
De nouvelles fermes avicoles sont construites dans les différentes régions, des travaux sont en cours pour étendre et moderniser les méthodes et, à partir de l’année prochaine, il est prévu de lancer une série de projets d’investissement et de financements dédiés, qui permettront au marché national de la volaille satisfaire pleinement le marché intérieur du Kazakhstan dans un délai de deux à trois ans.
Parallèlement aux indicateurs de réussite, les producteurs constatent une augmentation du coût des processus et des délais de récupération, ce qui réduit l’attractivité des investissements dans la filière avicole. Des facteurs supplémentaires, tels qu’une faible protection du marché intérieur contre la concurrence déloyale, un quota non réduit pour l’importation de viande de volaille et des fonds insuffisants pour le soutien de l’État, ont commencé à affecter négativement la compétitivité des produits nationaux et leurs coûts.
Une tendance positive dans le développement de l’aviculture est également observée en République d’Ouzbékistan, où plus de 1.200 élevages de volailles destinés à la production de viande et d’œufs ont été enregistrés. Dans ces dernières années, le secteur a fait un bond en avant, couvrant près de 98 % de la demande intérieure de la population. Cependant, compte tenu du taux de croissance démographique et d’urbanisation, ainsi que de l’intention d’accroître le potentiel d’exportation, le besoin de développer davantage l’industrie avicole continue de se faire sentir.
En conséquence, les résultats du premier semestre 2023 laissent présager une bonne performance pour l’ensemble de l’année en cours. Malgré les défis, d’énormes succès ont été enregistrés en termes de rentabilité et d’augmentation de la productivité dans la production de poulets et d’œufs.
Le secteur avicole subit constamment des modernisations et des réformes fondamentales, grâce auxquelles l’industrie continue de se développer rapidement.

VISIT THE NEW WEBSITE of Giordano Global